Mains2

Le 12 novembre 2012 mon collègue et ami Guillaume est invité à l’émission Médium Large à  la radio de Radio-Canada afin de parler de choses très sérieuses. L’émission animée par l’élégante Catherine Perrin était pour nous une chance inouïe de partager nos connaissances sur l’importance de la poutine dans le reste du Canada et de par le monde à un auditoire large et varié.

Je me réveille donc le matin en question anxieux et fébrile à l’idée d’écouter l’émission. Je syntonise mon radio et me prépare psychologiquement à écouter Guillaume parler de notre valeureuse poutine. Je ne sais pas pourquoi mais je trouve toujours amusant de voir ou entendre des gens que je connais à la radio, télé, internet, etc. Disons que ça me donne  un peu le même feeling que j’avais lorsque j’étais encore enfant et que je jouais à la cachette. Je commence donc à ressentir progressivement les symptômes associés à ce sentiment si puissant : rigolade incontrôlée, surexcitation,  transpiration excessive et dilatation de la vessie.…

christ

 

Depuis quelques temps j’ai remarqué quelque chose d’assez particulier sur la page facebook de poutinewar. À chaque fois qu’on place une photo d’une poutine qui déroge de la formule standard, sauce brune, frites et fromage en crotte, il y en a toujours quelques-uns qui s’offusquent. Des puristes qui ne permettent AUCUNE modification à la recette qui à été inventée il y a 50 ans. Comme si il était impossible d’améliorer l’originale. Comme si c’était un sacrilège d’ajouter du nouveau à la poutine. Comme si le rôle des restaurants était de perpétuer la même foutu de poutine usinés année après année.

La poutine, comme tout autre chose dans l’univers, est en constante évolution. Les seules choses qui sont statiques sont les choses mortes. Toutes expressions culturelles saines, incluant la gastronomie, se doivent d’être en mutation permanente. Ceci est signe de vitalité.

Que du monde fassent leur propre bouillon au lieu de mettre de la poudre dans de l’eau chaude, c’est une bonne chose.…

DSC_0373

 

Deuxième arrêt thaïlandais dans ma chasse à la poutine exotique : Bangkok!

Comme plusieurs de vous le savez déjà, poutinewar.com n’a vraiment pas le scoop sur cette histoire, Bruno Blanchet a ouvert un stand à poutine.

Je dois avouer que j’étais plutôt sceptique en ce qui a trait à la qualité de la poutine qui m’attendait. Mes attentes étaient vraiment basses et je dois dire que j’avais plus ou moins le goût de manger une poutine à Bangkok. Celle de Chiang Mai avait été décevante. La température de la capitale thaïlandaise, humide et chaude, n’invite pas à manger du fromage, des frites, et de la sauce brune. Aussi, je suis un assez gros fan de bouffe thaïe et (que de) prendre un de mes repas pour aller manger une poutine qui risque fort bien d’être dégueulasse me semblait comme une proposition plutôt poche.

Mais qu’est ce que tu veux, en tant que bloggeur officiel de poutinewar.com j’avais pas ben ben le choix.…

smooothie_garden_2

Ma chasse à la poutine autour du monde se poursuit.  Je suis maintenant rendu à Chiang Mai, une ville que je connais bien et qui jouit d’une réputation bien méritée comme étant une destination où l’on mange EXTRÊMEMENT bien.

La dernière fois que j’y étais, je ne crois pas qu’une poutine était servie dans la capitale du Nord de la Thaïlande. Chiang Mai est une destination prisée des touristes de partout dans le monde, incluant un nombre considérable de Canadiens et de Québécois.

Après quelques recherches sur le web, j’ai trouvé un endroit qui fait maintenant une poutine à Chiang Mai.  Une heure plus tard, j’étais attablé au restaurant en question avec menu en main.

Première chose frappante : l’établissement est un endroit (qui) où  l’on trouve des jus santé, des paninis remplis de hummus, de la luzerne, des cafés « fancy »…etc. Vraiment pas le genre de place où l’on s’attend de trouver une pout’.…

Kotthu

Bonjour et bonne année ma gang de fans de poutines! Je vous écris de la magnifique île du Sri Lanka. Je suis ici en vacance afin de m’éloigner du froid pendant quelques semaines.

Depuis mon arrivée dans cette région du monde je me suis mis à chercher pour voir s’il était possible de trouver une poutine dans ce pays insulaire. Après plusieurs tentatives et suivant maintes pistes infructueuses, je peux dire avec certitude; YA PAS DE POUTINE AU SRI LANKA.  Je sais, c’est choquant mais c’est vrai!

Par contre tout n’est pas perdu. Même si la poutine comme nous la connaissons est inexistante ici, il y a un plat local qui ressemble étrangement à notre plat fétiche. Une forme d’incarnation de la poutine version sous-continent Indien.

Je vous présente la poutine Sri Lankaise, LE KOTTU!

La recette de base est simple : Pain-galette fait maison tranché finement (au lieu des patates),  fromage (genre la vache qui rit)et  sauce brune ( espèce de gravy pimenté).   …

Older Posts »